Billetterie

Kenji Mizoguchi

Aff RetroKenjiMizoguchiDu 25 août au 9 octobre 2022


Pour beaucoup, il est le plus grand cinéaste du monde, auteur d’une œuvre à la cohérence unique, où le goût de la beauté se mêle à un engagement sans faille, notamment en faveur du droit des femmes. Pour Kenji Mizoguchi (1898-1956), tout vient de l’enfance, quand son père, ruiné, vend sa fille – la sœur du cinéaste – comme geisha. De cette blessure naîtront de magnifiques héroïnes passionnées et bafouées, souvent jouées par Kinuyo Tanaka (dont le Festival Lumière 2021 a révélé le talent de cinéaste). Du Japon féodal (Les Amants crucifiés, L’Intendant Sansho, peut-être son chef-d’œuvre) aux années 50, où il traque archaïsmes et injustices de la société nipponne (La Rue de la Honte, Une femme dont on parle), Mizoguchi affine jusqu’à la perfection l’art du plan-séquence pour dire la tragédie de la condition humaine.



 

Au programme

SOIRÉE D’OUVERTURE RÉTROSPECTIVE KENJI MIZOGUCHI
Vendredi 26 août
18h30
La Rue de la honte (K. Mizoguchi, 1h27)
Présentée par Maelle Arnaud

SOIRÉE SPÉCIALE KENJI MIZOGUCHI
En présence de Virginie Apiou, journaliste cinéma et réalisatrice du documentaire Kenji Mizoguchi, le cinéaste à la cicatrice dans le dos (2021)
Mercredi 7 septembre
18h30
Conférence sur Kenji Mizoguchi (env. 1h15)
20h30 Les Contes de la lune vague après la pluie (K. Mizoguchi, 1h34)

 

 

Les films de la rétrospective

L’Amour de l’actrice Sumako de Kenji Mizoguchi
(Joyu Sumako no koi, 1947, 1h36, N&B)

Miss Oyu de Kenji Mizoguchi
(Oyu-Sama, 1951, 1h35, N&B)

Les Contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi
(Ugetsu monogatari, 1953, 1h37, N&B)

Les Musiciens de Gion de Kenji Mizoguchi
(Gion bayashi, 1953, 1h25, N&B)

L’Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi
(Sansho Dayu, 1954, 2h04, N&B)

Les Amants crucifiés de Kenji Mizoguchi
(Chikamatsu monogatari, 1954, 1h32, N&B)

Une femme dont on parle de Kenji Mizoguchi
(Uwasa no onna, 1954, 1h24, N&B)

L’Impératrice Yang Kwei-Fei de Kenji Mizoguchi
(Yohiki, 1955, 1h38, coul.)

La Rue de la honte de Kenji Mizoguchi
(Akasen chitai, 1956, 1h26, N&B)

 

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox