Billetterie

Ernst Lubitsch

 l’invention de la comédie moderne


Du 24 novembre 2022 au 22 janvier 2023


Il paraît que l’expression « Lubitsch touch » est l’invention d’un attaché de presse de studio hollywoodien, désireux, bien avant la théorie des auteurs, de créer un effet de signature. En définir le sens oblige à tâtonner à travers une œuvre riche et savoureuse : c’est, paradoxalement, l’art de ne pas y toucher, un équivalent cinématographique de la litote, dire le moins pour suggérer le plus, privilégier un art du détail, toujours manier l’ironie au plus profond du drame. C’est aussi affirmer que la recherche du plaisir est toujours plus forte que les idéologies.

Arrivé en star à Hollywood après une fructueuse carrière allemande, Ernst Lubitsch (1892–1947) parfait un genre, la comédie romantique sophistiquée et hédoniste, volontiers mondaine (Haute pègre, en modèle inégalé) mais s’intéressant aussi aux gens de peu (l’attachant petit peuple de Rendez-vous), principalement située dans une Europe réelle ou fantasmée, aux mœurs plus libres (mais d’autant plus attirantes) que celles de la puritaine Amérique.

Au cours d’une décennie prodigieuse (les années 30) Lubitsch « s’empresse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer », y compris du communisme (Ninotchka) et du nazisme (To Be or Not To Be). Dans son bureau, l’un de ses scénaristes et disciples, Billy Wilder, avait placardé au mur une question significative : « Comment aurait fait Lubitsch ? »

Remerciements à Park Circus, Splendor Films, Warner, Friedrich Wilhelm Murnau Stiftung, The Walt Disney Company,
Ciné Sorbonne, Les Acacias, La Cinémathèque française, Swashbuckler Films.



 

Au programme

SOIRÉE D’OUVERTURE
Jeudi 24 novembre
18h30
Haute pègre d’Ernst Lubitsch (1932, 1h23, N&B)
Présentée par Jérémy Cottin

CINÉ-CONCERTS
Deux films muets de Lubitsch en ciné-concert
Dimanche 11 décembre
14h30 Madame Du Barry (1919, 1h54)
Accompagnement au piano par Paule Cornet

Dimanche 8 janvier
14h30 Les Surprises de la TSF/So, This is Paris d’Ernst Lubitsch (1926, 58min)
Accompagnement au piano par Didier Martel

CONFÉRENCE SUR ERNST LUBITSCH
En présence de Guillemette Odicino, cheffe de rubrique cinéma à Télérama et chroniqueuse sur France Inter
Mardi 6 décembre
18h30
Conférence sur Ernst Lubitsch (env. 1h15)
20h30 La Folle ingénue/Cluny Brown d’Ernst Lubitsch (1946, 1h40)

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA D’ERNST LUBITSCH
Jeudi 12 janvier
Séances présentées par Fabrice Calzettoni
18h30 Cinq séquences présentées et commentées :
Sérénade à trois, Ninotchka, The Shop Around the Corner/Rendez-vous, To Be or Not To Be, La Folle ingénue/Cluny Brown
20h Le Ciel peut attendre d’Ernst Lubitsch (1943, 1h52)

REMAKES !
Mardi 10 janvier
18h30 To Be or Not To Be d’Alan Johnson (1983, 1h47)
Remake de To Be or Not To Be d’Ernst Lubitsch, avec Mel Brooks et Anne Bancroft

Mercredi 18 janvier
20h30 Vous avez un mess@ge de Nora Ephron (1998, 1h59)
Remake de The Shop Around the Corner/Rendez-vous d’Ernst Lubitsch, avec Tom Hanks et Meg Ryan
Séance présentée par Denis Revirand

 

 

Les films de la rétrospective

 

Madame Du Barry d’Ernst Lubitsch – muet
(1919, 1h54, N&B)

Sous l’Ancien Régime, l’ascension d’une jeune lingère (Pola Negri) qui devient la maîtresse de Louis XV (Emil Jannings)… L’un des plus beaux Lubitsch muets, superproduction historique dont l’intelligence annonce parfois des œuvres ultérieures sur la période (de Renoir à Tavernier). Le cinéaste excelle autant dans les scènes d’alcôve que dans les épisodes à grand spectacle, et l’on excuse les libertés prises avec l’histoire.

Une copie des archives du Friedrich-Wilhelm-Murnau-Stiftung de Wiesbaden.

Séance unique !
Dimanche 11 décembre à 14h30 (accompagné au piano par Paule Cornet) 

 

Les Surprises de la TSF / So, This is Paris d’Ernst Lubitsch – muet
(So, This is Paris, 1926, 58min, N&B)

Un docteur paisiblement marié découvre que sa voisine, artiste de cabaret, est son ancienne maîtresse… Quiproquos amoureux entre deux couples que tout apparemment sépare. Pour son septième film américain, Lubitsch adapte un vaudeville français et multiplie les trouvailles visuelles. Le film culmine dans une scène de charleston dont l’énergie restitue bien les « rugissantes » années 1920.

Séance unique !
Dimanche 8 janvier à 14h30 (accompagné au piano par Didier Martel) 

 

Une heure près de toi d’Ernst Lubitsch
(One Hour with You, 1932, 1h18, N&B)

Le Docteur Bertier est heureux en ménage. Mais voici qu’arrive la meilleure amie de sa femme, Mitzi, bien décidée à se faire aimer du mari fidèle… Reprenant le film à George Cukor, vite brouillé avec Maurice Chevalier, Lubitsch signe un “auto-remake” musical d’une de ses comédies muettes, Comédiennes, ébranlant la quiétude conjugale par des quiproquos tentateurs et, au fond, pas si graves. Un bijou de légèreté.

Vendredi 9 décembre à 16h30
Mardi 3 janvier à 20h30
Vendredi 6 janvier à 17h 

 

Haute pègre d’Ernst Lubitsch
(Trouble in Paradise, 1932, 1h23, N&B)

Un couple d’escrocs de haut vol s’immisce dans la vie d’une riche héritière parisienne… Invention de la « Lubitsch touch » via cette comédie des faux-semblants où, dans un monde ordonné comme un scénario à la précision horlogère, fait de voleurs qui volent et de riches abusés, l’amour est la seule vérité qui fait tomber les masques. Brillant, mélancolique, incroyablement subtil.

Jeudi 24 novembre à 18h30 (présenté par Jérémy Cottin)
Mardi 29 novembre à 16h30
Samedi 10 décembre à 16h45
Dimanche 22 janvier à 16h45



Si j’avais un million de James Cruze, H.Bruce Humberstone, Ernst Lubitsch, Norman McLeod, Lothar Mendes, Stephen Roberts, William Seiter, Norman Taurog (If I Had a Million, 1932, 1h28, N&B)

Un milliardaire décide d’offrir un million de dollars à huit personnes choisies au hasard… Savoureux film à sketches tourné en pleine crise économique par sept cinéastes, tous maîtres ès ironie. Le bref épisode signé Lubitsch, revanche d’un employé modèle, est porté par l’interprétation de Charles Laughton.

Mardi 6 décembre à 16h30
Mercredi 11 janvier à 16h30 

 

Sérénade à trois d’Ernst Lubitsch
(Design for Living, 1933, 1h31, N&B)

Deux Américains amoureux de la même femme l’invitent à partager en tout bien tout honneur leur vie parisienne. Mais les relations platoniques n’ont qu’un temps… Librement adaptée d’une pièce de Noël Coward, cette comédie qui prône la recherche du plaisir s’autorise des audaces (le ménage à trois) « pré-Code » (de censure). Du pur Lubitsch, jubilatoire et sophistiqué.

Vendredi 25 novembre à 18h30
Mardi 29 novembre à 18h30
Samedi 3 décembre à 16h45
Mercredi 7 décembre à 16h30 

 

La Veuve joyeuse d’Ernst Lubitsch
(The Merry Widow, 1935, 1h43, N&B)

Pour sauver les finances de son pays, la Marshovie, le comte Danilo est envoyé à Paris séduire une richissime veuve... D’après l’opérette de Franz Lehar, quatrième et dernière comédie musicale de Lubitsch avec Maurice Chevalier. Sous les conventions du genre, élégance, sensualité, beauté plastique font du film une réussite esthétique savoureuse.

Jeudi 5 janvier à 16h30
Jeudi 12 janvier à 16h30
Samedi 14 janvier à 14h30 

 

Ange d’Ernst Lubitsch
(Angel, 1937, 1h31, N&B)

De passage à Paris, la femme d’un diplomate anglais (Marlene Dietrich) est prête à se laisser séduire par un inconnu. Celui-ci est en fait un vieux camarade de son époux… Si la « Lubitsch touch » fait encore merveille, avec ses sous-entendus audacieux, le ton est ici plus grave, le récit décrivant un triangle amoureux mélancolique et désabusé. Le film fut un échec et mérite amplement d’être redécouvert.

Séance unique !
Samedi 7 janvier à 16h30 

 

La Huitième femme de Barbe-bleue d’Ernst Lubitsch
(Bluebeard's Eighth Wife, 1938, 1h25, N&B)

Sur la Côte d’Azur, un milliardaire américain (Gary Cooper) rencontre une aristocrate française désargentée (Claudette Colbert) en se partageant l’achat d’un… pyjama. Coup de foudre, hélas… La vie conjugale, et ses désastres : sur un tempo effréné et avec une avalanche de gags ultra-sophistiqués, Lubitsch arpente son territoire de prédilection, la guerre des sexes. Irrésistible !

Samedi 3 décembre à 20h30
Mercredi 14 décembre à 18h30
Vendredi 6 janvier à 18h30
Samedi 7 janvier à 20h30

 

Ninotchka d’Ernst Lubitsch
(1939, 1h50, N&B)

Trois émissaires soviétiques, séduits par le Paris des années 1930, sont repris en main par une commissaire politique dogmatique (Greta Garbo). Mais celle-ci est-elle vraiment infaillible ?… C’est la première comédie de la star, lancé par le célèbre slogan « Garbo rit ! » et un délicieux apologue épicurien, d’une lucidité politique exemplaire, porté par les brillants dialogues de Billy Wilder.

Mercredi 7 décembre à 20h45
Samedi 10 décembre à 18h30
Vendredi 6 janvier à 20h15
Vendredi 13 janvier à 18h30  

 

The Shop Around the Corner / Rendez-vous d’Ernst Lubitsch
(The Shop Around the Corner, 1940, 1h39, N&B)

Deux employés d’une maroquinerie de Budapest (James Stewart et Margaret Sullavan), qui ne s’apprécient guère, correspondent anonymement au point de tomber amoureux l’un de l’autre… Loin du registre mondain qui a fait sa gloire, Lubitsch signe une merveille de comédie romantique sur fond de crise économique, d’une authenticité propice à l’émotion.

Dimanche 4 décembre à 16h30
Vendredi 23 décembre à 19h
Mardi 3 janvier à 18h30
Mercredi 18 janvier à 18h30
Jeudi 19 janvier à 20h30 

 

To Be or Not To Be d’Ernst Lubitsch
(1942, 1h39, N&B)

Dans Varsovie occupée, une troupe de théâtre imagine un dangereux stratagème pour sauver la résistance polonaise… Un scénario d’une intelligence et d’une rigueur admirables offre à Lubitsch une brillante comédie antinazie, dont l’audace choqua à l’époque mais à qui le temps a rendu justice. On reste à chaque vision subjugué par la mécanique savante du récit et l’ironie cinglante du cinéaste. Un chef-d’œuvre.

Mardi 22 novembre à 20h30
Samedi 26 novembre à 21h
Dimanche 27 novembre à 17h30
Dimanche 4 décembre à 14h30
Mercredi 28 décembre à 18h30 

 

Le Ciel peut attendre d’Ernst Lubitsch
(Heaven Can Wait, 1943, 1h52, coul.)

Aux portes de l’enfer, un séducteur mondain fait le bilan de sa vie. Et si, malgré son appétit de conquêtes, il n’avait aimé que sa femme, la belle Martha (Gene Tierney) ?… Beaucoup de Lubitsch lui-même, bien aidé par son complice scénariste Samson Raphaelson, dans cette comédie tendre qui chante l’amour d’une vie, malgré les apparences. Ici, rires et larmes sont indissociables.

Vendredi 2 décembre à 18h30
Jeudi 12 janvier à 20h (présenté par Fabrice Calzettoni)
Samedi 14 janvier à 18h45
Vendredi 20 janvier à 20h45 

 

-

La Folle ingénue / Cluny Brown d’Ernst Lubitsch
(Cluny Brown, 1946, 1h40, N&B)

La fille d’un plombier, experte ès tuyaux, et un philosophe tchèque ayant fui le nazisme mettent à mal la haute société britannique… Un savoureux jeu de massacre, magnifiquement dialogué, bourré de sous-entendus audacieux, où Lubitsch épingle certains préjugés de ses contemporains (et amis anglais). Une irrésistible comédie.

Mardi 6 décembre à 20h30 (présenté par Guillemette Odicino)
Mardi 10 janvier à 16h30
Jeudi 19 janvier à 18h30
Vendredi 20 janvier à 16h30  

 

La Dame au manteau d’hermine d’Ernst Lubitsch
(That Lady in Ermine, 1948, 1h29, coul.)

La nuit de ses noces, une comtesse italienne voit son château menacé par des hussards hongrois. Elle feint d’être séduite par leur colonel… La mort de Lubitsch interrompit le tournage qu’Otto Preminger termina. Cette adaptation charmante et colorée d’une opérette viennoise, déjà américanisée à Broadway, est un retour aux sources testamentaire et élégiaque.

Mercredi 30 novembre à 18h30
Vendredi 9 décembre à 20h30
Mardi 13 décembre à 16h30     

 

Deux remakes !

To Be or Not To Be d’Alan Johnson
(1983, 1h47, coul.)

Dans Varsovie occupée par les nazis, une troupe de comédiens aide la résistance polonaise... Refaire le classique de Lubitsch, un sacrilège ? Mais son producteur et acteur principal, Mel Brooks, né Kaminsky, 13 ans en 1939, est lui-même juif d’origine polonaise. Sa fantaisie est respectueuse et son humour fait mouche.

Séance unique !
Mardi 10 janvier à 18h30  

 

Vous avez un mess@ge de Nora Ephron
(You’ve Got Mail, 1998, 1h59, coul.)

Au premier temps des messageries internet, le patron d’une grande chaîne de librairies (Tom Hanks) correspond anonymement avec une libraire de quartier (Meg Ryan), menacée par son empire… Très librement inspirée par The Shop around the Corner, cette astucieuse « romcom » (comédie romantique) est portée par deux acteurs immensément attachants. Impossible de ne pas vouloir qu’ils s’aiment…

Séance unique !
Mercredi 18 janvier à 20h30 (Séance présentée par Denis Revirand)

 

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox