Billetterie

Talons aiguilles

de Pedro Almodóvar

Becky del Paramo (Marisa Paredes), célèbre chanteuse pop des années 1960, rentre à Madrid après des années d’absence. Elle a préféré se consacrer à sa carrière plutôt qu’à sa fille, Rebeca (Victoria Abril), qu’elle n’a pas vue depuis quinze ans. Celle-ci est devenue présentatrice du journal télévisé sur une chaîne dont elle a épousé le patron, Manuel (Feodor Atkine), ex-amant de sa mère. Becky comprend que le mariage de sa fille est un échec, surtout quand Manuel entreprend de la séduire à nouveau. Un matin, Manuel est retrouvé mort à son domicile...

« J’imaginais depuis longtemps un présentateur des infos qui annonce un crime et confesse aussitôt qu’il en est l’auteur, raconte Pedro Almodóvar. Cette scène me fascinait par son rapport avec la vérité, avec la dramatisation, et par son pouvoir sur le spectateur. C’est de là qu’est partie l’histoire de Tacones lejanos. » (Cahiers du cinéma, 1991). Dès lors, le cinéaste développe son récit et cherche à découvrir ce qui a pu amener son personnage à cette situation.

Talons aiguilles est une douloureuse histoire d’amour entre mère et fille, une introspection de la nature féminine. Pedro Almodóvar fait éclater la vérité des sentiments au milieu des faux-semblants de la télévision et du spectacle. Lorsque Rebeca avoue son crime en direct au journal télévisé, le rire est d’abord de mise devant ce spectacle incroyable. Mais rapidement, l’émotion prend le dessus, ainsi que la gêne d’avoir d’abord ri. La subtilité du cinéaste est d’avoir enchaîné les sentiments dans ce sens et non d’avoir terminé cette confession de façon légère et burlesque. Le finale est extrêmement sobre : le geste de Becky est-il un sacrifice, une rédemption, ou bien une dernière impulsion la transformant en héroïne aux yeux de sa fille éternellement redevable ?

Nostalgique et sentimental, Talons aiguilles est également un savant équilibre entre humour et mélodrame. Pour preuve, la réjouissante scène de sexe acrobatique entre Rebeca et Femme Letal… Lors de sa visite sur le plateau du film, Frédéric Strauss écrivait : « Tacones lejanos nous réserve donc plus d’une surprise mais le film auquel Almodóvar pense le plus pendant ce tournage étant le fameux Leave Her to Heaven (Péché mortel) de John M. Stahl avec Gene Tierney, on peut parier sans attendre, que le réalisateur espagnol ne manquera pas, avec ce nouveau long métrage, de redonner au mélodrame de somptueuses lettres d’or. » (Cahiers du cinéma). Pari gagné. 

(Tacones Lejanos, Esp/Fr, 1991, 1h53, coul, avec Marisa Paredes, Victoria Abril, Miguel Bosé)

L'Eté en Cinémascope : Mardi 12 juillet à 22h

Cinéma en plein air de l’Institut Lumière
Place Ambroise Courtois Lyon 8e 
Projection gratuite

 


TALONS-AIGUILLES

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox