Billetterie

Poussières dans le vent

de Hou Hsiao-hsien

Chronique adolescente et chef-d’œuvre 

A Yuan et A Yun ont grandi côté à côte dans un petit village de montagne. Un jour, A Yuan décide de partir à Taipei pour y trouver du travail et suivre les cours du soir. A Yun le rejoint peu de temps après. Ils se familiarisent petit à petit avec leur nouvelle vie dans la capitale, tout en revenant de temps en temps dans leur village natal. Leur amitié se mue sensiblement en amour jusqu’à ce qu’A Yuan soit appelé pour effectuer son service militaire…

Réalisé en 1986, Poussières dans le vent clôt le cycle dit autobiographique de Hou Hsiao-hsien, bien que cette histoire soit en réalité inspirée de la jeunesse de Wu Nien-jen, son co-scénariste, de sept ans son cadet. Ce nouveau long métrage peut être envisagé comme un prolongement du précédent, Un temps pour vivre, un temps pour mourir, dans la mesure où il s’agit d’une autre chronique de fin d’adolescence, vue à présent sous l’angle amoureux. Comme à son habitude, Hou Hsiao-hsien fait jongler ses personnages entre la campagne et la ville. Cette dernière acquiert un statut quasi romanesque, comme dans les grands romans d’apprentissage du XIXe siècle où le héros voit sa vie bouleversée au contact avec la cité. Le train qui conduit les protagonistes, véritable leitmotiv du film, en forme la colonne vertébrale puisque tous les agissements des personnages vont se trouver dictés par ces va-et-vient. Les chemins des deux héros ne se recouperont jamais, en une suite de rendez-vous manqués. Mais cette histoire d’amour évite tout pathos : l’émotion contenue par les personnages se déverse sur l’environnement. Chef-d’oeuvre d’épure, Poussières dans le vent montre avec subtilité et intelligence le passage de l’amour au chagrin à l’âge si délicat de l’adolescence.

(Lian lian feng chen,Taïwan, 1986, 1h49, coul, avec Wang Ching-wen, Hsin Shu-fen, Mei Fang, Li Tian-lu)

Me 21/09 à 21h En présence de Pierre Rissient - Sa 24/09 à 16h30 

 

« C’est avec Poussières dans le vent que je crois avoir atteint la maturité. J’ai enfin compris que lorsqu’on filme, que ce soit une personne ou une chose, il émane de ce qu’on filme un sentiment. Mon travail de cinéaste est simplement de saisir le sentiment qui émane de ce que je filme. »

Hou Hsiao-hsien


POUSSIERES-DANS-LE-VENT

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox