Billetterie

Le Cave se rebiffe

de Gilles Grangier , France, Italie , 1961

 Robert Mideau (Maurice Biraud) est un graveur de talent. Éric Masson (Franck Villard), petit truand et amant de sa femme, veut se servir de lui pour monter une affaire de faux billets. Il contacte Charles Lepicard (Bernard Blier), ancien tenancier de maison close, et Lucas Malvoisin (Antoine Balpêtré), homme d’affaires véreux. Mais il leur manque le spécialiste de la fausse monnaie : Ferdinand Maréchal (Jean Gabin), dit le Dabe, retiré sous les tropiques. Celui-ci accepte de revenir à Paris pour prendre l’affaire en main, mais ses acolytes s’entendront bientôt pour le rouler.

CAVE-SE-REBIFFE-visuel

 

À l’image des célèbres Touchez pas au grisbi (1954) et Razzia sur la chnouf (1955), Le cave se rebiffe est un polar humoristique qui marqua le genre. Le public ne se lassait pas de ces films aux répliques cinglantes, illustrant les mœurs de truands. L’argot, au cœur du film, rythme le récit, qui s’éloigne grandement du roman original et donne lieu à de nombreuses formules inoubliables. « Simonin et le dialoguiste Michel Audiard ont mis dans la bouche des héros du nouveau film réalisé par Gilles Grangier des répliques qui cinglent comme des coups de fouet. Si vous n’êtes pas familiarisé avec l’argot, peut-être au premier abord, serez-vous un tantinet dépaysé, mais cela passera vite. Étonnant dialogue ! » (Paul Deglin, Ciné revue, 29 septembre 1961).

Le film est porté par une bande d’acteurs remarquables, notamment Maurice Biraud, déjà remarqué dans Un taxi pour Tobrouk (1961), parfait dans le rôle du cave, c’est-à-dire du pigeon. Celui-ci va s’allier à Ferdinand Maréchal, dit le Dabe : le patriarche, le patron, le roi, à l’instar de Jean Gabin, toujours irréprochable.

Le film, forcément un succès, aura apporté à Audiard un grand plaisir d’écriture. Il déclarera : « J’ai beaucoup aimé faire Le cave se rebiffe, je l’ai écrit en douze jours. La scène entre Gabin et Françoise Rosay ralliant toutes mes préférences ! » (Ciné revue, 5 juillet 1962).

Pour l’anecdote, le polar aurait pu être l’un des premiers films où des truands échappent à la justice, si les auteurs n’avaient pas signé un carton avant le générique final : « Il va sans dire que les protagonistes de cette vilaine histoire furent arrêtés la semaine suivante et condamnés aux peines prévues par l’article 139 du Code pénal ». Ce pied de nez à la censure est un dernier gag malin.  

 

Séances
Sa 24/10 à 16h30 - Di 8/11 à 16h - Me 11/11 à 18h45

 

Le Cave se rebiffe
France, Italie, 1961, 1h38, noir et blanc, format 1.66

Réalisation Gilles Grangier
Scénario Albert Simonin, Gilles Grangier, Michel Audiard, d'après le roman éponyme d’Albert Simonin
Dialogues Michel Audiard
Photo Louis Page
Musique Francis Lemarque, Michel Legrand   
Montage Jacqueline Thiédot
Décors Jacques Colombier
Costumes Élise Servet, Mariette Chabrol
Production Jacques Bar, Cité-Films, Compagnia Cinematografica Mondiale
Interprètes : Jean Gabin (Ferdinand Maréchal, dit le Dabe), Bernard Blier (Charles Lepicard), Martine Carol (Solange Mideau), Maurice Biraud (Robert Mideau), Franck Villard (Éric Masson), Ginette Leclerc (Léa Lepicard), Françoise Rosay (Pauline), Antoine Balpêtré (Maître Lucas Malvoisin), Clara Gansard (Georgette, la bonne), Albert Dinan (le commissaire Rémy), Gérard Buhr (l'inspecteur Martin)

Sortie en France : 26 août 1961
Sortie en Italie : 28 mars 1962

Restauration numérique par Gaumont.
Restauration 2K effectuée par Digital Factory, avec la participation du CNC, à partir des négatifs image et son. Complément de restauration effectué par Eclair

Distribution : Gaumont

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox