Billetterie

La Belle de Saïgon

Red Dust

de Victor Fleming , États-Unis , 1932

Ma 29/10 à 19h – Lu 11/11 à 19h15 Je 14/11 à 21h

Denis Carson (Clark Gable) dirige une plantation en Indochine. À Saïgon, il fait la connaissance de Vantine (Jean Harlow), une prostituée recherchée par la police. Séduit par sa gentillesse et son bon cœur, il l’héberge et devient son amant. Mais Carson est amoureux de Barbara (Mary Astor), la femme de son ami Willis (Gene Raymond), un ingénieur qui part construire un pont dans la jungle. En l’absence de son mari, Barbara se donne à Carson. Au retour de Willis, Carson, pris de remords, veut quitter Barbara et s’affiche avec Vantine. Barbara est folle de jalousie…

BELLE-DE-SAIGON

 

Réalisateur du Magicien d’Oz et d'Autant en emporte le vent (même si de nombreux cinéastes ont travaillé sur le film, il en est le seul signataire), sortis à quelques mois d’intervalle en 1939, Victor Fleming est une figure importante du cinéma hollywoodien. Dans les années pré-Code, il tourne plusieurs films dont La Belle de Saïgon (produit par la MGM), histoire d’un triangle amoureux.

Jean Harlow et Clark Gable font partie des comédiens habituels du réalisateur (trois films pour Harlow, cinq pour Gable, mais Red Dust est le seul qu'ils ont tourné ensemble). Au point que Henry Hathaway dira qu’il y a « plus de Fleming que de Gable dans Gable ». Ce dernier incarne Denis, un baroudeur tiraillé entre les charmes de la blonde Vantine, femme de mauvaise vie, et ceux de la brune Barbara, épouse honnête, deux visages du désir. Jean Harlow, révélée par Howard Hugues dans Les Ailes de l’enfer (1930), comédienne trop tôt disparue à la vie privée compliquée, est éblouissante dans le rôle de cette prostituée au magnétisme animal. Face aux railleries méprisantes de Carson, elle reste de marbre.

La jungle, reconstituée en studio, les pluies diluviennes, tout participe à la dramaturgie érotique, véritable sujet du film. « Toutes les répliques des personnages forment un libretto très leste, parfois salace. Dans le plan final, l’action principale (le rapport sexuel) se situe hors-champ. Ce procédé oblique et efficace est caractéristique du meilleur cinéma des années trente, dont Red Dust n’est pas indigne. » (Antonio Rodrig, Cinématographe n°91, juillet-août 1983)

Vingt ans plus tard, John Ford signera avec Mogambo un remake, très amoindri, de La Belle de Saïgon, avec Gable et le même scénariste, John Lee Mahin, qui transposera l’intrigue en Afrique, et dans lequel Ava Gardner reprendra le rôle de Jean Harlow et Grace Kelly celui de Mary Astor.

« S’il fallait choisir un film, tramant l’éloge de l’éternel féminin, Red Dust remplirait tout à fait son contrat. » (Christian Blanchet, Cinéma n°294, juin 1983)

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox