Billetterie

French Connection

The French Connection

de William Friedkin , États-Unis , 1971

Popeye (Gene Hackman) et Russo (Roy Schneider), sont deux flics new-yorkais de la brigade des stupéfiants. Lorsqu’une importante livraison de drogue est acheminée vers le port de New York, ils remontent la piste jusqu’à Marseille. Les deux flics partent à l’assaut du réseau français…

FRENCH-CONNECTION-1971

 

À seulement 33 ans, William Friedkin est déjà un vétéran de la télévision en direct et un spécialiste du documentaire. Après quelques incursions discrètes dans le long métrage, il s’impose avec French Connection comme l’un des cinéastes les plus prometteurs de sa génération.

Inspiré de l’affaire Angelvin, fait divers ayant défrayé la chronique en 1962, French Connection nous entraîne dans une course effrénée de Marseille à Brooklyn pour démanteler cette « filière française ».

Avec une rigueur toute documentaire, William Friedkin capture l’atmosphère new-yorkaise. C’est la ville qui inspire au cinéaste sa séquence la plus remarquable, une filature brillamment exécutée entre une voiture et un métro aérien. « Au contact de New York, de Park Avenue, de la 86e rue et du métro aérien, les choses se sont mises en place d’elles-mêmes » affirme le cinéaste (Friedkin Connection, éd. de La Martinière). Point culminant du film, cette course-poursuite, disputée comme une partie d’échecs, restera dans les mémoires.

Dans ce polar sobre à la narration bien ficelée, Friedkin s’illustre par l’efficacité de son style et une mise en scène furieuse. Le jeune cinéaste fait preuve d’une belle intuition dans le choix de ses acteurs, qu'il dirige avec précision. Dans la peau d’un flic irascible et brutal, Gene Hackman, habitué aux seconds rôles, trouve un personnage à la mesure de son talent. Dans Jeune Cinéma, Claude Benoît déclare : « Avec French Connection, William Friedkin fait revivre le film noir des années 50, celui de Fritz Lang ou de Samuel Fuller. Il l’actualise cependant, non tant par la nature de son propos que par la vigueur de son style. » (Jeune Cinéma n°62, avril 1971)

Film coup de poing, French Connection bat des records d’entrées en France comme aux États-Unis et le film est nommé pour huit Oscars. Il en obtiendra quatre. Ce thriller nerveux inaugure l’œuvre complexe de Friedkin et cet univers personnel où le Bien et le Mal se disputent sans cesse la partie.

 

Je 2/11 à 21h - Sa 4/11 à 20h30

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox