Billetterie

Cléo de 5 à 7

de Agnès Varda

Une chanteuse, Cléo, craint d’être malade et attend les résultats d’une analyse médicale. De la superstition à la peur, de la rue de Rivoli au café Le Dôme, de la coquetterie à l’angoisse, de chez elle au parc Montsouris, elle va vivre quatre-vingt-dix minutes particulières. Son amant, son musicien, une amie, puis un soldat lui ouvrent les yeux sur le monde…

Second long métrage, Agnès Varda en a écrit le scénario, les dialogues, les paroles des chansons. Elle suit Cléo (la fabuleuse Corinne Marchand) avec la caméra tout au long de sa promenade à travers Paris. Elle fait ainsi coïncider le temps du film et le temps du spectateur, qui peut aisément refaire le trajet de la jeune femme à travers la ville. Le tournage, qui a duré un mois et demi, respecta l’ordre des scènes, contribuant à ce qu’à la fin du film, Corinne Marchand soit réellement habitée par son personnage de Cléo. À sa sortie, Alain Resnais clame son admiration et André Cayatte s’enthousiasme : « Agnès Varda a du génie ; ses créatures vivent. Depuis que l’ai vue, Cléo me hante. » Beaucoup de femmes également rendent hommage à Agnès Varda : Françoise Sagan souligne « un sujet merveilleux et féroce », Annie Girardot déclare qu’elle « voudrait bien vivre avec Cléo et son petit monde », Brigitte Bardot salue le film qui « lui donne envie de continuer à faire du cinéma », Monica Vitti parle d’un « film extrêmement sensible que seule une femme pouvait réaliser : Cléo de 5 à 7 peint, en images touchantes et vraies, notre comportement face à la mort comme face à la vie. » Enfin, ce qui frappe dans ce film, c’est la liberté de Varda, son audace. « J’ai toujours pensé que la chance était mon premier assistant, déclarera-t-elle en 2005 à Libération. Profiter des rencontres, conquérir le monde par ses hasards, c’était la philosophie de la Nouvelle Vague en général, et la mienne en particulier. »

(Fr/It, 1962, 1h30, N&B, avec Corinne Marchand, Antoine Bourseiller, Dominique Davray, Dorothée Blanck, Michel Legrand)

Me 31/08 à 20h30 SOIRÉE D’OUVERTURE - Di 4/09 à 14h30 - Di 2/10 à 14h30

 

Agnès Varda : « Cléo, c’est l’histoire de la femme-objet, de la femme-image, de la femme-reflet… qui, un jour, prend conscience qu’elle vit passivement. Elle ouvre les yeux, elle voit soudain les autres, et qu’on peut vivre autrement. »


cleo

 

 

Les synopsis sont issues pour la plupart de Varda par Agnès d’Agnès Varda (Cahiers du cinéma et Ciné-Tamaris, 1994) et du site de Ciné-Tamaris, société de distribution, de production et d’édition vidéo d’Agnès Varda.

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox