Billetterie

Annie Hall

de Woody Allen , Etats-Unis , 1977

Alvy Singer (Woody Allen) a 40 ans et quinze années de psychanalyse derrière lui. Deux fois divorcé, il vit à Manhattan et partage son temps entre les salles de cinéma, le divan de son analyste et son travail de comique. Un jour, il rencontre Annie Hall (Diane Keaton), une jeune femme excentrique qui rêve de devenir chanteuse. C’est le début d’une histoire d’amour pleine de déséquilibres.

ANNIE-HALL-1977-01

 

Lorsqu’Alvy rencontre Annie, il lui fait partager ses névroses, l’initie aux théories de Kierkegaard et aux grandes interrogations métaphysiques. Bref, il l’aime.

Deux ans avant Manhattan, Annie Hall marque un virage décisif dans l’œuvre de Woody Allen et rafle quatre Oscars, dont celui du meilleur film. « Cette confession à la fois déchirante et inénarrable où un auteur introspectif élucide un pan de sa vie privée sur les écrans, avec un mélange d’audace et de lucidité qui nous subjugue, est un palier nouveau pour le comédien. […] Il nous semble qu’avec Annie Hall, Woody Allen devient le premier grand comique international qui ait dépassé le personnage du naïf, de l’innocent ou de l’irresponsable, pour se présenter à nous sous un aspect totalement adulte.» (Robert Benayoun, Positif n°199, novembre 1977)

Chronique de l’échec amoureux, Annie Hall s’impose par sa liberté formelle, risquant les apartés, les passages au dessin animé et les digressions les plus imprévisibles. Dans un génial monologue d’introduction, Woody Allen s’adresse au spectateur, et en fait son complice et confident. En narrateur impudique, le cinéaste nous dit tout, depuis sa première dépression, à l’âge de 6 ans, lorsqu’il découvre que l’univers est en expansion, jusqu’aux déboires sexuels de son couple qui bat de l’aile.

Film pessimiste et tendre sur la vie conjugale, Annie Hall est également une grande déclaration d’amour à New York, au 7e art et à Diane Keaton. Woody Allen emprunte à son ancienne compagne son vrai patronyme, Hall, et lui taille un rôle sur mesure. Avec Annie Hall, le réalisateur compose l’un des plus beaux portraits de femmes du cinéma américain. La silhouette dégingandée de Diane Keaton, flottant dans ses vêtements d’homme, sorte de pendant féminin d’Allen, se découpera toujours dans la filmographie du cinéaste.

 

Me 1er/11 à 16h30 - Di 5/11 à 18h30 - Sa 11/11 à 20h30

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox