Billetterie

1900

Novecento

de Bernardo Bertolucci , Italie , 1976

Alberto (Robert De Niro) et Olmo (Gérard Depardieu) sont nés le même jour, au cœur de l’été 1900, au sein d’un domaine agricole de la province d’Émilie, au nord de Italie. L’un est le petit-fils du propriétaire (Burt Lancaster), l’autre celui d’un des métayers (Sterling Hayden). Amis, ils grandissent ensemble, dans un climat qui oppose les paysans et leurs patrons.

1900 1976 14


« Novecento est né d’un sentiment de culpabilité, la culpabilité d’être originaire d’une bourgeoisie campagnarde, d’une bourgeoisie de cette campagne-là. C’est peut-être pour cela que, dans le film, je regarde apparemment avec plus d’amour les paysans que les bourgeois.» (Bernardo Bertolucci in Le Cinéma italien, Jean A. Gili, UGE)

Grâce aux parcours parallèles d’Alberto et Olmo, deux frères ennemis, enfants du siècle et représentant l’un le clan patronal, l’autre celui des ouvriers, Bertolucci entonne un hymne à la lutte des classes. Tourné au rythme des saisons (l’été pour l’enfance et l’innocence, l’automne et l’hiver pour les heures sombres du fascisme, le printemps pour la Libération et la renaissance), 1900 est une fresque politique, dont le tempo dramatique embrasse tous les bouleversements sociaux du XXe siècle : les débuts du socialisme, la Première Guerre mondiale, la montée du fascisme, la Seconde Guerre mondiale, le triomphe du communisme...,  mais également le passage de la culture agricole à la culture industrielle. 1900 semble être le point de jonction entre l’esthétique hollywoodienne et le lyrisme du cinéma soviétique.

Cette œuvre opératique au casting international prestigieux sera parfois amputée,  ne trouvera pas son public à sa sortie et suscitera de nombreuses polémiques relatives au fonds historique et politique. Cité par Jean A. Gili, l’auteur italien Sauro Borelli conclura : « En substance, le film s’impose, encore et toujours, comme une saga aux tons mélodramatiques, souvent sanglants, dilatée en un raccourci sociopolitique d’une imposante poétique visionnaire. Certes […], affleurent çà et là des zones d’ombre, des simplifications, des ambiguïtés ; cela dit, c’est vraiment dans le contexte du dessein totalisant de cette épopée populaire que Novecento grandit et se charpente dans  toute sa complexe et efficace structure dramatique. » (In Viaggio con Bernardo Bertolucci, Marsilio)

 

Di 12/11 à 15h

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox