À travers le cinéma
Des films pour un voyage à travers cinq décennies de l’histoire du cinéma.


Ma 7/01 à 17h - Me 8/01 à 19h - Je 9/01 à 17h - Ve 10/01 à 21h - Sa 11/01 à 21h
Docteur Folamour
de Stanley Kubrick

Un général américain lance une attaque de bombardiers B-52 vers l’URSS. L’opération est annulée, mais l’un des avions continue de voler vers son objectif... Un film délirant, à l’humour ravageur et burlesque, ”une comédie cauchemardesque” selon les mots de Kubrick. Peter Sellers, à qui est confié un triple rôle, est hallucinant ! 

(Dr. Strangelove, or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb, GB, 1964, 1h33, N&B, avec Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden) 


Je 16/01 à 16h - Ve 17/01 à 19h - Sa 18/01 à 18h30 - Sa 25/01 à 20h30
Bertha Boxcar
de Martin Scorsese

Grande Dépression. Bertha assiste à la mort accidentelle de son père, provoquée par un employeur tyrannique. Sans toit ni travail, elle se révolte et devient l’égérie de trois desperados en lutte contre une compagnie de chemins de fer... Les Inrockuptibles : « Une rareté : le premier ”vrai” film de Scorsese qui porte en germe son oeuvre à venir. Sensuel et saignant, inventif et politique. » En version restaurée. 

(Boxcar Bertha, USA, 1972, 1h28, couleur, avec Barbara Hershey, David Carradine, Barry Primus) 
Bertha Boxcar (lesinrocks.com le 17/12)


Je 30/01 à 14h30 - Ve 31/01 à 19h - Di 2/02 à 14h30
Fleurs d’équinoxe
de Yasujiro Ozu

Setsuko va bientôt épouser un jeune homme que son père n’a pas choisi. Blessé, celui-ci annonce qu’il ne se rendra pas à ce mariage. La mère, la soeur, les voisines tentent de le faire changer d’avis... Dans son premier film en couleur, Ozu poursuit son auscultation d’une société japonaise en pleine mutation, avec subtilité et humour. Un film majeur d’Ozu, en version restaurée inédite.

 (Higanbana, Japon, 1958, 1h57, couleur, avec Shin Saburi, Kinuyo Tanaka, Ineko Arima) 






Di 2/02 à 16h45 - Me 5/02 à 19h - Je 6/02 à 19h - Di 9/02 à 16h45
Le Mépris
de Jean-Luc Godard

Paul part à Capri avec sa femme Camille pour écrire le scénario du nouveau film de Fritz Lang. Le producteur tente de séduire Camille... Un film mythique à tous égards : l’un des plus beaux couples de cinéma, la beauté ravageuse de Bardot, la musique envoûtante de Delerue, les décors lumineux de Capri, la présence crépusculaire de Lang, et cette évocation déchirante du couple d’après Moravia. En version restaurée. 

(Fr/It, 1963, 1h45, couleur, avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Fritz Lang, Jack Palance) 

Le Mépris (lefigaro.fr le 18/12)






Me 19/02 à 19h - Je 20/02 à 16h30 Présenté par Fabrice Calzettoni - Ve 21/02 à 14h30 - Sa 22/02 à 16h30 - Di 23/02 à 16h30
Le Voleur de bicyclette
de Vittorio De Sica

Engagé comme colleur d’affiches, un homme vend ses effets personnels pour s’acheter un vélo, indispensable à son nouveau travail. On ne tarde pas à le lui voler. Il part à la recherche du voleur avec son fils... Tourné dans la rue avec des acteurs non-professionnels, sur un scénario de Cesare Zavattini, la quintessence du mouvement néoréaliste italien. 

(Ladri di biciclette, It, 1948, 1h33, N&B, avec Enzo Staiola, Lamberto Maggiorani) 

Jeudi 20 février, le film sera présenté par Fabrice Calzettoni et précédé à 14h30 d’une conférence sur le néoréalisme.


Me 12/02 à 21h - Ve 14/02 à 19h présenté par Alban Liebl - Sa 15/02 à 20h30 - Di 16/02 à 18h30
Blue Velvet
de David Lynch

Dans une petite ville modèle, Jeffrey découvre une oreille en décomposition, couverte d’insectes. Son enquête le mène jusqu’à une chanteuse de cabaret, et un dangereux psychopathe... Blue Velvet a installé définitivement David Lynch dans son format idéal d’expression. Le cinéaste fait se craqueler le vernis social américain hérité des années 50 pour mieux révéler la violence latente.

 (USA, 1986, 2h, couleur, int. - 12 ans, avec Isabella Rossellini, Kyle MacLachlan, Dennis Hopper, Laura Dern) 

Vendredi 14 février, le film sera présenté par Alban Liebl.



Me 26/02 à 19h - Je 27/02 à 14h30 - Ve 28/02 à 19h - Sa 1er/03 à 20h45 - Di 2/03 à 18h30
Lettre d’une inconnue
de Max Ophuls

La passion secrète de la jeune Lisa pour son voisin, le frivole Stefan... Le plus grand film américain du cinéaste, qui, exilé, évoque la Vienne de la Belle Époque. Joan Fontaine, disparu récemment, est ardente et sensible, dans cette sublime adaptation de Stefan Zweig.

(Letter from an Unknown Woman, USA, 1948, 1h27, N&B, avec Joan Fontaine, Louis Jourdan)

Lire l'article du Monde du 19 février 2014

Lire l'artcile des Inrockuptibles du 19 février 2014