Billetterie

Auditorium de Lyon



Ciné-concerts à l'Auditorium de Lyon - saison 2019-2020

 

Depuis 2000, l'Institut Lumière et l'Auditorium de Lyon proposent chaque saison un programme exceptionnel de ciné-concerts, s'imposant comme un partenariat unique en son genre dans le monde. Un programme qui permet de découvrir les plus grands films de l'histoire du cinéma muet, avec accompagnement musical en direct sur la belle scène de l'Auditorium Maurice Ravel. L'occasion de venir écouter l'Orchestre national de Lyon jouer les partitions d'origine de films muets, quand celles-ci existent, ou des compositions récentes - et parfois inédites - créées par les plus grands noms de la direction d'orchestre spécialistes des ciné-concerts. Ou, pour certains films, profiter du somptueux orgue Cavaillé-Coll ou de formations contemporaines. Depuis quelques années, le programme s'enrichit de projections de films sonores ayant marqué par leur musique, dont la partition est jouée en direct par l'Orchestre national de Lyon.

Un partenariat Auditorium de Lyon/ Institut Lumière.
www.auditorium-lyon.com

Tarif réduit pour les abonnés de l’Institut Lumière, renseignements et billetterie auprès de l’Auditorium de Lyon.
Tarifs disponibles uniquement sur place ou par téléphone.


 

 

OPINION-PUBLIQUE

Mercredi 18 décembre à 20h

L’Opinion publique de Charlie Chaplin (1923, 1h24)

Un Chaplin sans Charlot : œuvre à part dans la filmographie du cinéaste (qui n’apparaît pas à l’écran), L’Opinion publique retrouve une seconde jeunesse grâce à la restauration de sa musique originale, œuvre de Chaplin lui-même, par Timothy Brock – qui la dirige a la tête de l’Orchestre national de Lyon.

Apres soixante-dix comédies diffusées dans le monde entier, Chaplin quitte un temps son personnage de Charlot pour réaliser son premier film indépendant : un drame amoureux ambitieux, qui sera une réussite artistique totale. L’Opinion publique fut acclamée par les spectateurs et critiques présents à sa première projection ; le grand public, lui, ne se rendit pas dans les salles… Chaplin fut très affecté par cet échec et le film resta invisible durant des décennies. Il retrouve aujourd’hui son éclat, paré de la bande originale composée par le cinéaste lui-même. L’Orchestre national de Lyon l’interprète en direct sous la baguette de Timothy Brock, le plus éminent spécialiste des musiques de film de Chaplin : depuis 1998, en effet, le chef et compositeur américain les restaure, les publie et les dirige sans relâche. Le public de l’Auditorium de Lyon a eu de nombreuses occasions d’admirer tant son patient travail d’archéologue que son charisme sur le podium de concert. S’y ajoute ici le plaisir de découvrir un grand film injustement méconnu.

Avec Edna Purviance, Clarence Geldart, Carl Miller, Adolphe Menjou

Accompagnement par l’Orchestre national de Lyon, dirigé par Timothy Brock

 



cine-concert-2019

Samedi 21 décembre à 11h et 15h et dimanche 22 décembre à 16h
Ciné-concert tout public (enfants à partir de 5 ans)

Disney : Silly Symphonies (1929-1935)

Entre 1929 et 1939, bien avant les premiers grands films de Disney, soixante-quinze petits films virent le jour. Chacun de ces films − truffés de chefs-d’œuvre de la musique symphonique − marqua une évolution technique dans l’histoire du dessin animé : passage du noir et blanc à la couleur, évolution des effets spéciaux… Cette épopée nous est racontée par Walt Disney lui-même entre les différents courts-métrages. Maintes fois récompensés, ces films sont présentés pour la première fois en France en ciné-concert.

La Danse macabre [The Skeleton Dance, 1929]
Des arbres et des fleurs [Flowers and Trees, 1932]
Les Trois Petits Cochons [Three Little Pigs, 1933]
Cousin de campagne [The Country Cousin, 1936]
Le Vieux Moulin [The Old Mill, 1937]
Le Vilain Petit Canard [The Ugly Duckling, 1939]
Jazz Band contre Symphony Land [Music Land, 1935]

Accompagnement par l’Orchestre national de Lyon, dirigé par Timothy Brock

 

 

Auditorium-jlucmege-7428
© Jean-Luc Mege / Institut Lumière

Lundi 20 janvier 2020 à 20h

Un soir au temps du cinéma muet

Une soirée présentée par Thierry Frémaux.

Un parcours à travers une sélection d’extraits étonnants, emblématiques, poétiques de films muets pour voyager à travers les premiers temps de l’histoire du cinéma. Des scènes choisies et commentées par Thierry Frémaux, accompagnées au piano, pour un spectacle entraînant mêlant avec bonheur cinéma et musique.

Accompagnement improvisé au piano



INCONNU

Mardi 14 avril 2020 à 20h

L’Inconnu de Tod Browning (1927, 1h05)

Thierry Escaich improvise à l’orgue sur L’Inconnu, le chef-d’œuvre circassien de Tod Browning.

Le cirque, disait Annie Fratellini, «c’est un rond de paradis dans un monde dur et dément». L’Inconnu de Tod Browning ne raconte pas autre chose : sous le chapiteau se déroule une tragédie de l’amour et de la jalousie jusqu’à la folie. Tourné cinq ans avant le sublime Freaks du même Tod Browning, L’Inconnu est porté par un Lon Chaney au sommet de son art du maquillage et de la transformation ; c’est l’occasion également d’admirer la toute jeune Joan Crawford. Il y a dans ce mélange de paillettes et de monstruosité tout ce qu’il faut pour inspirer une musique tour à tour vive, tendue ou cinglante, donnant à entendre l’orgue de l’Auditorium de Lyon dans toute sa poésie et sa diversité. Avec Thierry Escaich, certainement le meilleur spécialiste de l’exercice, la musique improvisée sur les images prendra la force d’une symphonie puissante et dramatique. À l’orgue les mains les plus habiles, à l’écran l’homme sans bras. Paradoxe ? Non, juste du grand art.

Accompagnement à l’orgue par Thierry Escaich




STAR-WARS-EPISODE-VII---LE-REVEIL-DE-LA-FORCE

Les jeudi 25, vendredi 26 juin 2020 à 20h et samedi 27 juin 2020 à 18h

Star Wars: le réveil de la force de J.J. Abrams (2015, 2h15)

L’Orchestre national de Lyon est sur la rampe de lancement pour la troisième trilogie de Star Wars et des ciné-concerts décoiffants.

Êtes-vous plutôt Jedi ou Sith ? Empire galactique ou Alliance rebelle ? Trente ans après Le Retour du Jedi, la saga Star Wars s’enrichit d’un nouvel opus avec Le Réveil de la force. George Lucas cède sa place à J.J. Abrams, mais John Williams est fidèle et livre une partition à la mesure du projet fou : une troisième trilogie avec ses propres héros et des effets sublimés par les progrès numériques. Aux côtés des thèmes qui ont fait le succès des précédents numéros, le compositeur a donc imaginé des motifs inédits, mais parce qu’il y a des airs de famille entre tous les personnages, les idées sont toutes liées les unes aux autres de manière à préserver l’unité organique de la série. John Williams tenait à ce que la musique soulignât le passage de témoin d’une génération à l’autre, la fraîcheur de la nouveauté et la cohérence de l’héritage. Un tel travail sur une aussi longue durée est sans doute unique dans l’histoire du septième art, mais Star Wars semble offrir la jeunesse éternelle au compositeur comme au cinéphile. Avec Ernst van Tiel aux commandes de notre vaisseau spatial, partons pour d’autres galaxies.

Musique de John Williams
Accompagnement par l'Orchestre national de Lyon
Direction : Ernst van Tiel

 

 

Déjà passés 



RETOUR-DU-JEDI

Mercredi 11, jeudi 12, vendredi 13 septembre 2019 à 20h et samedi 14 septembre 2019 à 18h

Star Wars: le retour du Jedi épisode 6 de George Lucas (1977, 2h15)

L’ultime épisode de la «trilogie originale» de Star Wars entraîne le public de l’Auditorium de Lyon dans les étoiles, sur la partition ultra-célèbre de John Williams jouée en direct par l’Orchestre national de Lyon.

Les heureux spectateurs des épisodes IV et V de Star Wars, donnés au cours de la saison passée, ne voudront certainement pas manquer Le Retour du Jedi, avec lequel se referme la « trilogie originale ». Mais que les autres ne s’inquiètent pas : chaque opus de l’illustre saga de George Lucas est un film en soi. Bien sûr, on retrouvera dans l’épisode VI tout ce qui a fait le succès des épisodes précédents : des personnages hauts en couleur, de terribles combats au sabre laser, des effets encore plus spéciaux pour assaillir l’Étoile de la mort, alors que Luke Skywalker se découvre de nouveaux liens avec la princesse Leia et s’apprête à l’ultime et tragique affrontement avec son père Dark Vador. Et la musique dans tout ça ? Elle est la porte d’entrée dans l’univers de George Lucas, amplifie l’action de l’image, notamment grâce au terrifiant thème de la Marche impériale. Impossible de résister à ce feu d’artifice orchestral de tous les instants, et sans doute est-ce grâce à la partition de John Williams que nous finissons par croire que tout cela est bien vrai. Il faut privilégier l’oreille plutôt que l’œil, à en croire Obi-Wan Kenobi : « L’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas. » Alors, que la Force soit avec vous !


Musique de John Williams
Accompagnement par l'Orchestre national de Lyon
Direction : Ernst van Tiel

 

LaRoue_cine-concertIL

Festival Lumière octobre 2019

Samedi 19 octobre à 10h (1ère partie) et Dimanche 20 octobre à 10h (2e partie)

La Roue d’Abel Gance (1ère partie 3h46 et 2e partie 3h07)

Un trésor du cinéma muet de sept heures diffusé en deux parties, projeté dans les conditions de l’époque et accompagné en musique par l’Orchestre national de Lyon, dirigé par Frank Strobel. Mythique !

Le festival Lumière 2019 vous propose de découvrir en avant-première internationale le film mythique d’Abel Gance La Roue, l’une des premières grandes légendes de l’histoire du cinéma. Salué par ses contemporains qui en reconnaissent d’emblée la modernité et le lyrisme, ce chef-d’œuvre composé d’un prologue et de quatre parties, saga familiale et passionnelle, s’impose comme une tragédie moderne inspirée du mythe de Sisyphe. Son style et son ampleur sont un modèle pour le cinéma d’avant-garde des années 1920. Ce film essentiel du patrimoine cinématographique a été reconstitué et restauré par la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, en partenariat avec la Cinémathèque française et la Cinémathèque suisse, à partir du négatif, de nombreuses copies et du scénario original d’Abel Gance. Sa projection constituera une expérience unique en recréant un spectacle cinématographique proche de celui auquel ont assisté les spectateurs du Gaumont-Palace en 1923.

Pour accompagner la diffusion du film, Arthur Honegger avait adapté – aidé de Paul Fosse, le chef d’orchestre du Gaumont-Palace – pas moins de 117 séquences tirées de 86 partitions musicales. Honegger et Fosse ont recouru à des musiques préexistantes pour des raisons pragmatiques, mais leur choix musical répondait à des critères artistiques exigeants et très précis. Ils ont retenus des compositeurs de l’époque moderne française (Florent Schmitt, Guy Ropartz, Albéric Magnard, Paul Dukas, Albert Roussel), certaines des dernières compositions de Debussy, ainsi que la Cinéma-Fantaisie de Darius Milhaud (1919), première version de son fameux Boeuf sur le toit. La partition de La Roue est une pièce maîtresse, et sa reconstitution à l’Auditorium par l’Orchestre national de Lyon pour le festival Lumière sera un véritable événement.

Événement majeur pour la cinéphilie mondiale, projet européen, l’avant-première internationale de la copie reconstituée et restaurée se fera de façon conjointe au festival Lumière à Lyon et au Konzerthaus à Berlin.

Accompagnement par l'Orchestre national de Lyon dirigé par Frank Strobel

 

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox